L'art-thérapie > Cas clinique

Art-thérapie, un cas clinique

Le texte ci-dessous est une version légèrement modifiée d’un article de Jean-Luc Vidua, publié dans la revue « Art et Psyché », volume IV (2001).

Le monstre, la sorcière et la fée.

« Je voudrais illustrer le travail en art-thérapie avec les enfants par le biais du parcours d’un petit garçon que nous appellerons François.
Ce travail s’est déroulé au sein d’une institution.
François a 6 ans quand commencent les séances d’art-thérapie . C’est un petit garçon au teint très pâle et qui semble toujours absent de ce monde. Il raconte parfois des histoires confuses avec des animaux , des personnages et des objets. Il n’établit pas vraiment de relation avec les autres enfants et semble très angoissé par tout ce qui peut toucher ou blesser le corps.
Dès son entrée dans l’institution, il répète souvent cette phrase énigmatique :  « je ne veux pas grandir pour ne pas avoir de bébé.
 »
Parallèlement aux séances d’art-thérapie, je travaille également une heure par semaine avec François des exercices de yoga et de relaxation.

  1. Sortir du chaos
  2. Pendant plusieurs semaines, François va d’abord réaliser de grands dessins sur des feuilles de 120X60 cm. Ce sont des dessins très confus où s’entremêlent et se superposent plein de formes. Ce sont des objets, des animaux ou des personnages imaginaires qui se tuent, se dévorent, font peur…les grands mangent souvent les petits. Petit à petit, au fil des séances, une évolution apparaît : les formes se superposent moins, le dessin se simplifie…on sort doucement du chaos après l’avoir mis à distance. Il passe ensuite du dessin à la peinture et finit par ne plus faire qu’une ou deux formes par feuille.

  3. Le bébé chassé du ventre
  4. Il travaille ensuite au crayon noir sur des petites feuilles (ce qui annonce souvent quelque chose d’angoissant) pour raconter une histoire étonnante : celle d’une « maman lapin » qui donne des coups de poing sur son ventre afin d’en faire tomber un bébé jugé trop lourd. Le bébé est expulsé du ventre par un violent coup de poing et tombe dans un château au milieu des monstres et des sorcières.
    Il va envoyer régulièrement, mais en vain, une armée de personnages (gentille sorcière, grand-mère lutin, animaux divers) pour tenter d’anéantir les monstres et les sorcières. Il répète la même scène plusieurs fois en changeant d’animal. Souvent, dans le bas de la feuille, se trouve un très petit personnage immobile qu’il appelle « la fée sans bras ». Je lui propose un jour de réaliser ce personnage en argile. Il accepte et, outre de très petit bras, la fée a deux grands trous à la place des seins.
    Toutes ces séances interpellent lorsqu’on sait que le père de François fut très déprimé pendant la grossesse et que la mère commença une grave dépression dès l’accouchement. Elle ne put allaiter son enfant ni s’en occuper pendant de nombreuses semaines.
    L’épisode suivant va nous faire reculer encore dans le temps et aborder semble-t-il les difficultés de ses parents autour de la problématique de la naissance.

  5. Les monstres et les sorcières vaincus.
  6. Après avoir réalisé quelques peintures d’un petit personnage qui fait « boum boum » et que personne ne comprend, François va se blesser à plusieurs reprises près de la bouche.. La dernière blessure est importante. Elle nécessite des points de suture à la lèvre supérieure. Le lendemain, il arrive dans l’institution très angoissé. Lors de sa séance , il va réaliser une « bandes dessinée » pour raconter l’histoire de la blessure et de la guérison. A la séance suivante, il me dit qu’il a encore des choses à dessiner, il réalise alors un « livre » où il raconte les naissances de son père et de sa mère, de ses grands-parents, de son frère et de lui-même. A chaque fois, le nouveau-né tombe au milieu des monstres et des sorcières.
    Pour clôturer cet épisode, avec beaucoup d’énergie, il construit, en argile, une prison-bunker hermétiquement close dans laquelle il enferme définitivement tous les monstres et toutes les sorcières. Etape importante dans son travail de guérison.

  7. Le tunnel
  8. Un jour, il me demande, au début d’une séance,  pour aller dans le local « relaxation » plutôt que dans le local « peinture ». J’accepte et, à peine entré, François déroule un tunnel de toile déposé dans un coin du local, il  ferme  une des extrémités avec une petite couverture et se glisse à l’intérieur du tunnel. A ma grande surprise, il commence à pousser des cris aigus. Il me dit que ce sont les cris d’une « maman ours » dont le petit veut sortir du ventre, il hurle de douleur. Il me demande d’éloigner les animaux qui pourraient être dangereux pour le petit , puis apparaît sous la couverture et sort du tunnel. Il se précipite à l’autre extrémité, entre dans le tunnel une nouvelle fois et recommence la même scène avec une « maman renard » et son petit. Six animaux différents vont défiler, et, pour les derniers, il me demande de lui caresser la tête à la « sortie du ventre ». Je lui caresse donc les cheveux et lui souhaite la bienvenue très chaleureusement. Pour terminer la séance, il prend la posture de yoga de la feuille pliée (posture qu’il connaît et dans laquelle le corps se recroqueville) et me dit qu’il s’agit d’une maman oiseau qui couve son œuf. Il fait ensuite un petit enchaînement de postures qu’il commente comme étant l’envol du petit oiseau.
    Les trois séances suivantes seront consacrées à nouveau au « jeu » du tunnel mais il n’y a plus de cris. Les petits chantent en sortant et, à la dernière séance, la mère chante aussi. Dans les quinze jours qui suivront ces séances, nous serons plusieurs à constater, dans l’institution, que le visage de François se colore légèrement et, chose tout aussi surprenante, les personnages qu’il dessine ont désormais l’intérieur du corps rempli de couleurs différentes alors, qu’avant, seul le contour était tracé.

  9. François et Florine.
  10. Au cours d’une des séances suivantes, il parle de sa rencontre avec Florine, une petite fille de son âge qu’il désigne comme sa fiancée.. Je lui propose de la représenter. Il choisit l’argile et  réalise des modelages de Florine et de lui-même. Très vite, il simule une relation sexuelle et place un bébé en plâtre dans le ventre du personnage de Florine, devenue adulte.
    Nous entourons le tout d’un chiffon humide et, la semaine suivante, il sort le bébé du ventre. Trois bébés vont naître ainsi. L’accueil est chaleureux, il construit des lits, la maman prend les bébés sur son ventre et les allaite longuement. Le papa raconte des histoires. Rappelons-nous que François répétait souvent qu’il ne voulait pas grandir pour ne pas avoir de bébé. Quoi de plus normal s’ils tombaient dans les monstres et les sorcières et quel beau parcours puisqu’il est maintenant, symboliquement, père de trois enfants.
    A l’occasion de la naissance du troisième bébé, il me dira qu’il était absent car il travaillait comme dompteur d’animaux. Il réalise la scène en argile : lui au centre d’un cercle, entouré d’animaux qu’il dompte dans un cirque.On ne peut que repenser à tous ces animaux menaçants et dévoreurs du début de sa thérapie.
    Pour terminer son travail en art-thérapie, François réalise encore une très grande peinture faite de bandes larges et verticales de couleurs différentes qu’il dit être des portes. Pendant les dernières séances, il les « ouvre » une à une et raconte des histoires « qui se trouvent derrière ». Il s’agit d’histoires dans lesquelles des personnages vivent des aventures d’où ils ressortent plus grands, plus forts, ou mariés à un prince ou une princesse.
    Aujourd’hui, François a réintégré l’enseignement ordinaire et poursuit sa scolarité

Liens utiles

Art-thérapie au Centre Rhapsodie à Bruxelles

www.rhapsodie.info

Association des art-thérapeutes du Québec

www.aatq.org

Association Régionale d'Art-thérapie du Nord-Pas de Calais PUZZLE

www.puzzle-art-therapie.com

Fédération française des art-thérapeutes

www.ffat-federation.org

Agenda

Lundi 9/9/2019 : YOGA-BLEGNY : soirée découverte (5€) salle Fricaud-Delhez, 19h30

Lire la suite

Lundi 16/9/2019 : YOGA-BLEGNY: reprise des cours 19H et 20H10 (abonnements)

Lire la suite